Il y a deux ans, sous le statut auto-entrepreneur, naissait Drôle de Plume.

Société de rédaction web à la base, l’entreprise a développé ses compétences et a enrichi ses prestations : en plus du contenu web, des communiqués de presse ou des descriptifs produits, votre rédactrice sur Bordeaux a ajouté lettres d’amour, faire-part de mariage et annonces originales à sa palette littéraire.

Drôle de Plume a également réalisé fin 2012, l’écriture de son premier sketch publicitaire humoristique pour le compte d’un laboratoire pharmaceutique.

Enfin, votre rédactrice sur Bordeaux a revêtu sa casquette d’écrivain pour vous proposer “au boulot, Chômette !” et “Matéli fait ses courses”, deux livres humoristiques.

C’est dire si en deux ans, Drôle de Plume a grandi. Et aujourd’hui, son statut, ainsi que celui de milliers d’autres, est menacé.

L’auto-entrepreneur, ce travailleur qui se bat pour ne pas être un poids pour la société

A l’origine du choix de ce statut, un constat bien simple : le rejet par le monde professionnel. Trop âgé. Trop diplômé. Trop peu d’expérience. Derrière chaque auto-entrepreneur se cache une blessure infligée par la société.

Au lieu de s’apitoyer sur son sort, l’auto-entrepreneur cherche à s’en sortir, à créer sa propre dynamique entrepreneuriale pour ne plus être un poids.

Chaque matin, l’auto-entrepreneur se lève avec ses doutes, ses peurs mais aussi ses victoires : chaque client acquis, chaque prestation menée à son terme regonfle un ego dévasté par le rejet d’une société qui trouve toujours une excuse pour ne pas vous employer.

L’auto-entrepreneur se bat, il construit son image, gère son e-réputation, conquiert ses clients, les dorlote parce qu’être petit ne signifie pas être incompétent.

Limiter le chiffre d’affaires et la durée pour ce statut, c’est le condamner. Il y perd de son intérêt.

Auto-entrepreneur : lève-toi et manifeste-toi !

Allons-nous nous laisser faire ? Allons-nous permettre que l’on détruise ce que nous avons bâti, pierre par pierre, choyé et vu se développer ?

Votre rédactrice sur Bordeaux refuse de baisser les bras comme cela. D’ailleurs, Drôle de Plume a un message pour Mme Sylvia Pinel

TVideo_00002

Parce que la réalité, c’est que le gouvernement s’apprête à réaliser le plus grand plan social jamais orchestré. La vérité, c’est qu’il faut détruire toute trace de l’opposition et tant pis si cela passe par un anéantissement total des forteresses créées par les auto-entrepreneurs.

Quelle hypocrisie…

Drôle de Plume a subi une recherche d’emploi mouvementée. Votre rédactrice web s’est alors tournée vers la seule solution possible pour ne pas être une charge pour les autres : celle de créer son propre emploi.

Et comme des milliers de personnes en France, le statut auto-entrepreneur a été une vraie bouée de sauvetage dans la mer du travail qui asphyxiait toute volonté et ne faisait que rejeter nos demandes. Prière de ne pas y toucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2ba5dd741b24c67d00ad1c31f0b23153PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP