Laure Lapègue, merci beaucoup de vous prêter au jeu des questions…

Pouvez-vous vous présenter ? D’où venez-vous ? Quel est votre parcours professionnel ?

Eh bien je viens du monde l’entreprise où j’ai travaillé pendant presque 20 ans dans le domaine du marketing. J’ai quitté mon poste de directrice marketing et communication en 2015 pour me consacrer totalement à l’écriture au site booknseries.fr que j’ai créé en mars 2014

Quand l’aventure de l’écriture a-t-elle débuté pour vous ?

A l’adolescence, sous forme d’écrits inachevés, plus proches du journal intime que de la nouvelle ou du roman… Puis l’envie d’écrire est restée latente durant de longues années avant de s’imposer comme un besoin impérieux, en 2010. Un an après, et sans que je le réalise, était né mon premier roman, « Comme un Garçon », dont j’ai fabriqué cinq épreuves que je n’ai montrées qu’à une poignée de proches. En 2013 j’achevai mon second roman, « La bascule », largement inspiré du monde de l’entreprise dans lequel j’évoluais à l’époque …  là a mûri l’idée d’être lue. Les encouragements inattendus d’un collègue et le constat que rien n’existait sur le net pour mettre en valeur l’auto-édition m’ont amenée à créer booknseries.fr, un site qui permet toujours de découvrir mes livres et ceux d’auteurs sélectionnés par mes soins via une lecture en épisodes… Un an plus tard, j’organisais avec thebookedition.com le premier prix du polar auto-edité et publiai mon premier roman policier , Mea Culpa . En 2015, je quittai mon entreprise pour proposer mes services de conseil en communication aux auteurs et publiai peu après mon quatrième roman  «  Une Vie Meilleure ». Le dernier né, female,  a accompagné ma  nouvelle vie de femme d’entrepreneure… Tout ça pour dire que l’écriture est désormais intimement liée à ma vie !

Pouvez-vous nous parler de « Female », votre dernier livre sorti ? Pourquoi devrait-on le lire ?

Female est une dystopie, donc un prétexte pour alerter sur des tendances sociales, des dérapages possibles, en l’occurrence ceux liés à l’instrumentalisation du rôle des femmes et des hommes au service d’une société qui fonctionne avec des codes très cloisonnés et des demi révolutions. Mon héroïne vit en 2052 à Bordeaux et a perdu son emploi ;  malgré des lois parité très favorables à la femme elle se voit contrainte d’aller demander à sa mère de quoi payer son loyer ;  celle-ci  accepte mais exige, en échange, que sa fille intègre un groupe de femmes aidant à la réinsertion au travail. Axel pense alors n’y passer que quelques semaines mais l’expérience la dépasse… Le parcours de mon héroïne fait de Female un vrai roman à suspense, plein de rebondissements… Mais Female, c’est aussi l’occasion de se poser deux ou trois questions sur ce qui fait notre condition d’homme ou de femme et, au delà de cela, celle d’être humain…

Quels sont vos autres ouvrages ?

2011 : Comme un Garçon

2013 : La Bascule

2015 : Mea Culpa

2016 : Une Vie Meilleure

2017 : FEMALE

Bordeaux. 2052. Dans un monde où le féminisme est érigé en loi, les femmes continuent à faire face à des choix cornéliens pour assurer leur réussite.

Axel, 31 ans n’échappe pas à la règle. Tiraillée entre les envies de son compagnon et les attentes de sa famille, la jeune femme décide de raser ses cheveux longs pour obtenir le poste qui lui permettra d’acquérir son indépendance. Mesure t-elle alors la portée de ce choix symbolique sur sa vie de couple et son destin de femme ?

Entre deux mots, entre deux sexes, entre deux mondes, FEMALE vous embarque dans un futur à la fois inquiétant et possible, une galerie de portraits où les genres s’affrontent, pour le meilleur et pour le pire … 

Des séances de signatures à annoncer ?

Oui !  à la rentrée à Paris , Lyon et Nantes mais, avant cela , le 20 Juillet prochain à L’Espace temps, rue du Loup à Bordeaux en compagnie de Guy Rechenmann et Brigitte Hue Pillette . Une occasion de me joindre à deux autres auteurs dont les romans se déroulent à Bordeaux ou sur le Bassin. Une bonne occasion surtout pour les bordelais de souche ou de saison de venir nous titiller avec leurs questions !

Comment communiquez-vous pour faire connaître vos livres ?

En tant  conseillère en communication d’auteur  je prône le professionnalisme et la diversité des modes de communication. Avoir une plateforme d’auteur sur le net est indispensable pour relayer son actualité au quotidien, se promouvoir, construire son identité et vendre ses e-book. Mais en dehors du web, je pense qu’il est aussi intéressant de multiplier aussi les actions,  dès lors qu’elles sont valorisantes et pertinentes . Conférences, comme récemment lors du festival Causette, dédicaces dans des points de ventes intéressés par l’émergence de nouveaux talents, présence au  salon du  livre de Paris… voilà  le genre d’actions de communication que je privilégie en dehors du web … Un bon moyen aussi de rester en contact avec les acteurs du monde du livre et une réalité qui nourrit mon envie d’écrire et ma passion pour l’édition .

Merci Laure Lapègue d’avoir pris le temps de répondre à mes questions !

Merci à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3d5a1ce2744a3fe5735d9809f48f4856ooooooooooooooooo