L’année dernière, je vous avais parlé de Jean-Paul Cardeilhac, auteur girondin que j’ai la chance de côtoyer. Poète et philosophe, son univers est très riche et ses livres reflètent une culture littéraire très poussée.

Aujourd’hui, j’ai envie de savoir comment il a évolué et je lui ai donc posé quelques questions auxquelles il a gentiment répondu.

Bonjour Jean-Paul Cardeilhac, un grand merci de bien vouloir répondre aux questions de Drôle de Plume. Pouvez-vous vous présenter brièvement pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Bonjour Alexandra. Merci de m’offrir la possibilité de participer à cette interview.

J’ai eu la chance de suivre un cursus universitaire puis professionnel riche d’enseignements, de belles rencontres et de souvenirs. Cependant, au fil des ans, le plaisir d’écrire, le désir d’être lu et d’offrir en partage une histoire originale ont petit à petit pris le pas sur la permanence d’une vie passée au service de l’Etat.

Aujourd’hui, je suis auteur ; je me livre à ma passion, l’écriture, sans doute la plus grande passion de mon enfance et aussi mon premier contact avec le rêve, le voyage et l’astronomie (je suis né au pied de l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre).

Je vous avais laissé alors que vous n’aviez écrit que le premier tome de Clavim Cedo. Entre temps, il y a eu pas mal de mouvement littéraire chez vous et vous avez sorti de nouveaux livres !

Permettez-moi tout d’abord de préciser que Clavim Cedo est une saga, un roman d’aventure divisé en 4 tomes. Il s’agit également d’un conte fantastique et philosophique, d’une épopée chevaleresque et d’une interprétation de l’histoire de l’humanité présentée sous forme de chronique.

Clavim cedo est une locution latine signifiant « donne la clé ». La clé (d’un mystère) est donnée au personnage principal dans le tome IV (chapitre 9 : la sagesse). Le mystère concerne l’apparition du premier être humain sur Terre mais également l’arrivée prochaine de l’ère du Verseau, le tout sur fond de cieux profonds, chaotiques et flamboyants.

Lorsque vous avez eu la gentillesse de m’interviewer le 29 mai 2014 pour la sortie du tome 1 de cette saga, j’ignorais que les évènements allaient se précipiter :

. le tome 2 fut édité le 01 novembre 2014

. le tome 3 parut le 03 mai 2015

. le tome 4 sera édité en décembre 2015

Ces 4 tomes sont agrémentés d’un livret de 22 pages (téléchargement gratuit : http://www.fichier-pdf.fr/2013/11/14/cartes-orion-et-helodioon/ ) comprenant 10 cartes et autant de légendes. Ces cartes permettent au lecteur de suivre le chemin emprunté par le personnage principal durant la reconquête de trois royaumes.

Les Editions « La Pierre Philosophale » m’ont fait confiance et je les en remercie.

L’éditeur est devenu un ami.

Parlez-nous de vos nouveaux tomes. Sont-ils dans la même lignée que le premier ?

Chaque tome a sa singularité. Telle est la richesse de cette saga atypique.

  1. Dans le tome 1, je pratique la technique littéraire appelée « exposition ». Durant le prologue, je plante le décor, présente les personnages, décrit les paysages. J’évoque l’intrigue centrale, le thème essentiel, l’intention principale et omniprésente mais aussi le motif de l’action. Le but est de susciter l’intérêt du lecteur. Dans les premiers chapitres, l’entrée du héros engendre aussitôt la problématique inhérente à l’histoire. Rigel (le personnage principal) est dépendant de l’humain, de la nature et du Cosmos. Rigel, c’est vous, c’est moi. Le lecteur saura tout de lui dès le début du récit. Il connaîtra son passé, suivra son parcours et se persuadera peu à peu de la nécessité de résoudre le conflit majeur auquel il est confronté, notamment grâce au tempérament vif, à la droiture et aux qualités intrinsèques de cet être humain dans lequel il se reconnaîtra

 

  1. Dans le tome 2 de Clavim Cedo, l’auteur narre des évènements étranges et des rencontres amoureuses. Le récit est émaillé de descriptions de villes, de châteaux fortifiés, d’actions d’éclat et de batailles épiques animant un univers tout à la fois moyenâgeux, onirique et merveilleux. La réflexion et l’action se rencontrent et s’équilibrent en permanence. Certes, nous décrirons des conflits territoriaux. Cependant, Rigel apportera finesse, tact et prudence dans la conduite de ses actions diplomatiques. Faisant oeuvre d’alchimiste, ce chevalier traversera des Hauts-lieux pour contacter ceux qui président à la destinée des mondes.

Magnifiée, sa quête prendra alors une toute autre tournure.

  1. Le tome 3 ne se contente pas de décrire les imperfections voire les faiblesses du monde dans lequel évoluent les personnages. Ne le limitons pas à quelques batailles ou coups de force sanglants tout à fait comparables dans leur description à ceux des scenarios des séries et films anglo-saxons traitant de fantasy.

Nous visiterons le temple de Karnak, des déserts ardents et arides, des cités opulentes et fières, des forêts épaisses et luxuriantes. Nous marcherons sur les sables rouges de rivages lointains avant de plonger dans des mers chaudes madréporiques.

Le tome 3, c’est aussi l’homme confronté à la complexité de la personnalité féminine. Et voici que notre héros, notre fier et beau chevalier, tombe dans les bras de Saeléna qui, tout sourire, le précipite dans les régions les plus ténébreuses de l’Enfer ! Oups !

Les tomes 1, 2 et 3 forment une trilogie. Ils décrivent le monde tel qu’il est.

  1. Le tome 4, lui, propose de réfléchir sur la meilleure façon de procéder pour en édifier un autre, plus éclairé, mieux architecturé, empreint de noblesse d’âme et soucieux de justice, de droiture, de compassion et de liberté.

Pratiquant l’uchronie et l’utopie, l’auteur permettra de bâtir une cité idéale dans laquelle l’être humain vivra enfin en paix, les yeux tournés vers le Cosmos et un avenir serein.

Comment communiquez-vous pour faire connaître vos œuvres ? (réseaux sociaux, partenariats blogueurs…)

Peu à peu, j’ai appris à communiquer sur l’ouvrage.

Les bloggeuses et bloggeurs m’ont ouvert les portes de leurs sites. Ainsi avez-vous fait Alexandra ou mon amie Sandy, responsable du groupe « lecture » sur FB ou Tiffany, une amie du nord de la France, une autre en Belgique… et dernièrement Alexandra Zwang sur le blog littéraire de Lexan.

Les réseaux sociaux permettent de tisser des liens : j’ai un profil et une page FB, je suis présent sur Google+ et sur Linkedin.

J’ai 6 blogs sur installés 2 plateformes. Ils décrivent le projet littéraire mais aussi un dossier d’analyse conceptuelle et fonctionnelle relatif à un projet de jeu vidéo. Google Analytics m’a permis de constater que ces 6 blogs étaient consultés dans 135 pays !

La TV du Bassin d’Arcachon s’est intéressée à mes livres 3 fois (reportages).

Les journaux aussi : Ouest-France (2 articles), Sud-Ouest, La République des Pyrénées (groupe La Dépêche du midi), La dépêche du Bassin d’Arcachon (4 articles) et la Semaine des Pyrénées (hebdomadaire des Hautes-Pyrénées).

Mes livres sont aussi présents sur le site/forum « CoCyclics » (spécialisé dans le fantastique et la fantasy), sur le site Web « Le Portail européen du Livre » et sur le site ECLA, « le Portail Aquitain des professionnels de l’écrit, de l’image et de la musique ».

Des auteurs comme Robert Cavaillès (« orgue et clairon ») ou Danielle Gourbeault-Petrus (La marais des Sauryls) ont fait des chroniques sur Clavim Cedo.

Enfin, les ouvrages sont présents dans certaines librairies : à Bordeaux « La machine à Lire » par exemple. Mais nous les trouvons aussi à Arcachon, La Teste, Biganos et plus loin à Sarlat et Tarbes et sur le Web, la « Librairie L’Echoppe ».

Bien sûr, je participe comme les autres auteurs à des journées de dédicaces dans les librairies de Gironde ou à des « cafés-débats ». Ces manifestations sont vivantes et enrichissantes.

Enfin, je crée des vidéos postées sur Dailymotion ou YouTube.

Vous pouvez par exemple regarder la vidéo YouTube présentant les 3 premiers tomes :

https://youtu.be/KHcTWU343lk

Quelle est votre actualité littéraire Jean-Paul Cardeilhac? Vous verra-t-on sur un salon, prochainement ?

Les 3 prochaines journées de dédicaces en Gironde :

. 21 Novembre 2015 – Journée de dédicaces – Centre Cultura de Mérignac

. 28 Novembre 2015 – Journée de dédicaces – Centre Culture Plus Biganos

. 20 Décembre 2015 – Journée de dédicaces – Centre Cultura de La teste de Buch

La sortie du tome 4 en décembre 2015.

Une vidéo sur les 4 tomes.

Le tome 4 mettra un point final à la première partie de mon projet : l’écriture.

Viendront alors la présentation des 4 tomes dans des salons régionaux déterminants pour l’avenir de ce projet. Puis, je tournerai les yeux vers la BD. Savez-vous que La Teste de Buch (ville dans laquelle je réside) accueille un festival de la BD ? En 2016, « Bulles en Buch » sera la 8ème édition du salon de la Bande Dessinée de La Teste de Buch. Tous les ans, cette manifestation est organisée par le service culture et la bibliothèque municipale avec l’aide de l’association Buller sur la Dune. Et voici l’occasion de rencontrer des professionnels de la BD pour 2 journées d’échanges et de présentation !

Un grand merci d‘avoir pris le temps de répondre à mes questions !

3 Comments

  1. Lecointre Eliane dit :

    Félicitations Jean-Paul pour tes œuvres ‘ bravo’ , bonne lecture à tous …

  2. Merci de ta confiance, Eliane !

  3. Estelle Boissin-Tandonnet dit :

    Bonjour,
    J’ai lu les 3 premiers tomes et j’ai également eu la chance de lire des extraits du tome 4. Voici ce que je pense de l’ensemble :
    Clavim Cedo est un conte décrivant, par une série de scènes à charge émotionnelle forte, l’inexorable ascension d’un prince. L’histoire se déroule dans le passé. Nous découvrirons les environs de Bellatrix, étoile de la constellation d’Orion.
    Clavim Cedo est une réelle source d’évasion littéraire. Vous cherchez le rêve et l’inattendu ? Vous aimez les horizons lointains et les territoires sauvages ? L’auteur vous propose de voyager, de changer d’époque, de planète, de constellation.
    Le sujet du roman est représenté par le chemin conduisant à la lutte acharnée du bien contre le mal, dans laquelle l’être humain ne peut rester isolé sous peine d’être broyé par un système dont il ne régente ni les tenants ni les aboutissants.
    Se jouant d’un délicat équilibre harmonieux, l’intrigue s’insinue entre l’Eden et les Enfers, la vertu et le pragmatisme, l’amour et la mort et surtout dans de sulfureuses alliances au cours desquelles l’homme s’aperçoit que les limites du mal sont parfois mouvantes. Aussi l’auteur s’inspire-t-il de l’œuvre de Chrétien de Troyes pour décrire l’exaltation du dépassement de soi. Car il était essentiel de traiter ce thème avant d’aborder la suite de l’histoire.
    Cependant, récit, intrigue et sujet ne sont que trois arbres cachant une forêt. De fait, tout n’est dans ce roman que construction identitaire et analyse d’une problématique sociétale.

    Ce roman se différencie des autres ouvrages appartenant au domaine de la littérature de l’imaginaire. Il est autre. Il est à part. Il s’agit bien d’une œuvre originale et engagée, pouvant être qualifiée d’épopée chevaleresque. Enonçons ces différences : l’originalité du sujet, les articulations entre chapitres, les faits inattendus, les personnages singuliers, un prince korrigan (hommage à la Bretagne), son peuple et sa besace ; l’évocation poétique et parfois nostalgique des musiques, des senteurs, des couleurs, des climats, des saisons ; la description de villes, régions et activités en France, ailleurs en Europe et dans le monde. Référence est également faite aux cultures des civilisations les plus anciennes, aux paysages admirables, grandioses ou sauvages ; aux fonds madréporiens des lagons polynésiens et aux cieux profonds, chaotiques et flamboyants.
    Tout au long de l’histoire, l’auteur manie des idées, du paradoxe, du symbole. Il préconise la fidélité au réel sans jamais ignorer l’ensemble des caractères spécifiques de la nature humaine, la beauté de la nature et bien sûr celle du Cosmos.

    Quant à la fin, elle est surprenante !
    Elle peut être considérée comme une ouverture à d’autres réflexions.

    Bonne lecture ! :)

felis velit, libero. venenatis suscipit id, Donec fringilla dictum dolor Sed tristique