trouver une maison d'édition jeunesse

Vous le savez peut-être, mon premier livre au boulot, Chômette traite de l’emploi et du chômage de manière humoristique sous forme de journal de Bridget Jones du Pôle Emploi. Vous pouvez d’ailleurs en lire un extrait  si cela vous intéresse…

Pour que Chômette arrive entre les mains de ses lecteurs, j’ai du démarcher les maisons d’édition et j’ai finalement signé avec la boîte à Pandore.

Aujourd’hui, je m’attaque au démarchage d’une maison d’édition jeunesse. Je bénéficie de mon expérience passée et retrace donc pour vous les choses à savoir quand vous tentez d’approcher un éditeur jeunesse.

Conseils pour démarcher une maison d’édition jeunesse

Mon premier conseil : ciblez les éditeurs jeunesse dont la ligne éditoriale est proche de votre projet de livre pour enfants. Pour vous en assurer, il suffit de regarder le catalogue. Imaginez que vous avez écrit un album illustré pour les 3/6 ans : cela ne sert à rien de démarcher une maison d’édition jeunesse qui propose des romans pour les 10 / 13 ans ! Restez cohérent. Mieux vaut être précis dans vos envois, plutôt que de transmettre votre projet à une multitude d’éditeurs jeunesse qui, de toute façon, n’examineront pas votre manuscrit…

Afin d’être efficace, débrouillez-vous pour savoir qui est responsable de la maison d’édition ou qui gère la réception des manuscrits. Posséder une adresse mail qualifié, cela aide pour échanger directement avec le bon interlocuteur. Vous pouvez trouver cette information directement sur le site internet de la maison d’édition jeunesse concernée mais aussi sur Viadeo ou Linkedin. Je vous conseille d’ailleurs de faire une demande de contact via ces réseaux professionnels à toutes les éditeurs jeunesse présents dessus.

Sachez que la plupart des maisons d’édition jeunesse accepte les manuscrits sous format électronique, PDF généralement. Cependant, ils ne doivent pas être trop lourds. Or, mon livre pour enfants sur l’écologie “Matéli fait son tri”, malgré qu’il ait été compressé, était encore trop volumineux. J’ai donc eu recours à we transfer, une plateforme supportant les envois de fichiers lourds. C’est un frein car les éditeurs peuvent refuser de télécharcher via ce mode d’envoi mais je n’avais pas le choix, puisque impossible de faire autrement, à moins d’imprimer…

Ma démarche a donc consisté à prévenir mon interlocuteur de l’envoi de mon projet de livre pour enfants via “we transfer” et une fois l’information donnée, je procédais à la transmission. Je dirai que la moitié des maisons d’édition jeunesse à qui j’ai envoyé l’a téléchargé. J’ai donc perdu le potentiel de l’autre moitié…Il convient donc de vous assurer que votre fichier pourra être envoyé via un mail classique, c’est plus sûr pour démarcher une maison d’édition jeunesse et optimiser vos chances de réussite !

À ce sujet, voici une liste (non exhaustive) des éditeurs jeunesse acceptant les envois de projet par mail. D’autres, au contraire, souhaitent exclusivement des envois courrier, obligeant une impression papier…

Démarcher une maison d’édition jeunesse : celles qui acceptent les envois par mail

Déjà, servez-vous du site Ricochet comme base, car il est très riche en informations et vous donne les mails des maisons d’édition jeunesse. Une fois les adresses mail repérées, vous pouvez envoyer vos projets à :

– Alice éditions jeunesse (Belgique)

– Amaterra

– Auzou (ils répondent sous 3 mois)

– Balivernes éditions

– Casterman (ils répondent sous 3 mois)

– Circonflexe

– Courte échelle (réponse sous 3 mois)

– De la martinière Jeunesse

– Des ronds dans l’o

– Éditions du Coprin

– Éditions Délizon (romans, poésie)

– Éditions l’Edune

– Fleurus Jeunesse

– Frimousse

– Gallimard Jeunesse

– Grenouille Éditions

– Gulf Stream

– Helium

– La joie de lire (Suisse)

– Kaléidoscope

– La pastèque

– Les éditions des Braques

– Limonade

– Lirabelle

– Magnard

– Éditions du Menhir

– Mila Éditions

– Mémo

– Plume de carotte

– Éditions du Rouergue

– Sarbacane

– Tourbillon

– Verte Plume éditions

Démarcher une maison d’édition jeunesse : celles qui demandent une impression papier

– Actes Sud Junior

– Albin Michel Jeunesse

– Atelier du poisson soluble

– Édition le Baron Perché

– Belin Jeunesse

– Didier Jeunesse

– L’école des Loisirs

– Flammarion

– Grasset Jeunesse

– Hachette Jeunesse

– Mijade ( Belgique)

– Milan Jeunesse

– Seuil Jeunesse

– Syros

– Thierry Magnier

Une maison d’édition à compte d’éditeur sinon auto-éditez !

Si j’ai bien un conseil pour terminer cet article, c’est attention aux conditions financières. Si votre contrat fait mention de frais à payer pour couvrir la promotion, mise en rayon ou encore impression, fuyez ! En général, on va vous demander entre 2500 et 3500 €…Or, en auto-éditant, vous dépenserez moins et gagnerez beaucoup plus !

Une maison d’édition jeunesse à compte d’éditeur ne vous demandera aucun frais…Vous toucherez des droits d’auteur (entre 7 et 10 %) tout en étant aidé au niveau de la promotion de votre livre.

Sachez que je peux vous aider aussi car je propose des packs “accompagnement d’auteur“.

Démarcher une maison d’édition jeunesse, c’est un challenge. À vous de le réussir pour être publié. Bonne chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Phasellus id sit suscipit libero. quis odio adipiscing eleifend ultricies Aenean elementum