Cette lettre d’amour a fait l’objet d’un concours et a été primée par un jury, composé de professionnels, lors d’une manifestation organisée par la ville de Podensac, en Gironde.

Un regard. Une flamme. Tout s’est joué à l’intérieur. Aucune parole échangée et tu es reparti vers ta Vie, me laissant à jamais un goût amer dans le cœur.

C’était il y a cinq ans et pourtant, je n’ai rien oublié.

J’ai essayé d’effacer ton sourire, de tirer un trait sur tes yeux pétillants de vie. Crois-moi, j’ai fait au mieux pour enrayer un coup de foudre que je savais dangereux.

A cette époque, j’enchaînais les histoires sans lendemain, je n’avais jamais connu une telle sensation d’électricité amoureuse et je me suis rendue compte que c’était toi, mon âme sœur.

Je ne te connaissais pas. Mais mes amies m’avaient prévenue que tu étais marié et il m’était inconcevable de venir briser ton destin amoureux. Tu étais heureux, je pleurais des rivières de malheur, mais ainsi vont les méandres de l’amour : incontrôlables…

Puis la vie a repris son cours.

J’ai recommencé mon cercle de conquêtes inapproprié, enchaîné les histoires sans substance amoureuse et tenté de faire taire à jamais cette  petite voix qui me poussait à t’avouer cette flamme incandescente.

Plus je tentais d’oublier ton sourire, plus il venait me hanter la nuit. Plus je cherchais à me mentir à moi-même, plus la Vérité me faisait mal…

J’étais piégée.

Incapable d’avancer.

Mon destin était scellé par tes yeux rieurs, enchaîné à la porte de la non-réciprocité, malmené…

Tourmentée pendant ces cinq dernières années, j’ai décidé de venir affronter l’Amour.

Je savais que c’était idiot, que j’allais encore plus souffrir mais il fallait que mes tourments cessent, que mes rêves retrouvent une couleur sereine, que j’arrête de pleurer à ton seul souvenir.

Alors, j’ai commencé à demander de tes nouvelles, l’air de rien.

Je voulais savoir où tu habitais et si tu étais toujours fou amoureux de ta femme.

La réponse se trouve dans ce cercueil dans lequel je te glisse aujourd’hui cette lettre, le cœur en miettes.

Pourquoi ?

Je n’ai jamais osé te parler, je me suis arrêtée à cet échange de regard, qui a déclenché en moi cinq ans de crises de larmes, cinq années de questions…

Je pense que tu ne m’entends plus, mais cette lettre est mon passeport vers la Sérénité. Je te la dois, égoïstement, pour pouvoir avancer sur la route de l’Amour.

Tu resteras à jamais gravé dans ma mémoire, tu as déclenché le courant amoureux le plus puissant que j’ai ressenti à ce jour, et je voulais que tu le saches, même si tout ceci ne change rien maintenant.

Ton cercueil sera clos dans quelques minutes, me laissant orpheline de l’Amour.

Mes jambes ne me portent plus, mon cœur dévasté me souffle de t’écrire ces mots qui n’ont plus aucun sens : je t’aime, à jamais…

Repose en paix.

 

 

Une lettre d’amour fictive, s’attachant à dégager de la sincérité et de l’émotion en premier lieu.

Retrouvez d’autres informations sur cette prestation proposée par votre rédactrice professionnelle…

 

4 Comments

  1. Catherine dit :

    Tout simplement touchant!!! J’adore le style d’écriture de Drôle de plume! Bravo!

  2. On voudrait toutes et tous recevoir d’aussi belles lettres ! bravo à Drôle de Plume !
    Valérie

  3. laure V dit :

    superbe !! :`)

  4. Maryvonne Liegaut-Jandik dit :

    Elle est belle cette lettre ! Même si la fin….
    Elle a fait l’objet d’une mise en scène, je me souviens !
    Amplement mérité <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Chronique humoristique par Drole de Plume, redaction web
Exemple de chronique humoristique

Vous hésitez à laisser Drôle de Plume concocter une chronique humoristique sur votre webzine, votre blog? Cela se comprend, vous...

Fermer