Consultant digital en portage salarial

Il aura fallu attendre six ans pour avoir une nouvelle interview de Calvïn Poujol, désormais consultant en transformation digitale et formateur en stratégie d’acquisition de trafic. Aujourd’hui, Calvïn nous donne de ses nouvelles et Drôle de Plume est ravie de voir combien le jeune entrepreneur motivé avec qui elle collabore depuis huit ans a su tirer profit de toutes ses expériences pour devenir un consultant expert.

Calvin, pour mieux comprendre ce que vous faites aujourd’hui, pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

Ma formation initiale a débuté avec la Gestion des Systèmes d’informations et s’est ensuite orientée vers un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Communication. Pour parfaire mes bases techniques et acquérir une bonne connaissance des outils digitaux, j’ai complété mon cursus en intégrant une école spécialisée dans les métiers du web.

Ainsi, je me suis spécialisé en e-Marketing et e-Commerce avec pour objectif le pilotage de projets digitaux.

Mon parcours professionnel fut jalonné d’expériences diverses, me demandant bien souvent de mobiliser de nouvelles ressources afin de répondre aux demandes de mes clients de la manière la plus pertinente possible.

Si j’ai commencé par effectuer des stages, j’ai vite senti que j’avais l’âme d’un entrepreneur et j’ai créé une agence de communication lors de mon projet de fin d’études à l’école. Cette agence est devenue une entreprise individuelle, puis une société par actions simplifiées. Elle a non seulement changé de statut juridique mais a vu aussi son positionnement évoluer sous mon impulsion.

Cette société s’est muée en agence de communication spécialisée dans la réalisation de projets digitaux nécessitant une expertise technique parfaitement maîtrisée. Je m’y suis investi pendant cinq ans jusqu’à ce que mes envies entrepreneuriales me poussent vers un nouvel horizon.

C’est alors que j’ai intégré pendant neuf mois la direction d’un groupe d’agences de communication afin de créer une nouvelle marque et d’assurer son lancement. Une fois cet objectif accompli, je me suis tourné vers d’autres perspectives.

En effet, j’aime relever des défis : ils sont synonymes d’enrichissement professionnel !

Pourquoi avez-vous pris, en 2019, un nouveau tournant dans votre carrière ?

Suite à la vente de mon entreprise, j’ai décidé de me concentrer sur mon activité de consultant en transformation digitale et formateur en stratégie d’acquisition de trafic. Il me fallait alors décider de mon statut et je me suis orienté vers le portage salarial en choisissant le groupe ITG en avril 2019.

Ce statut de travailleur, cadre « porté » me convient parfaitement. En effet, il me confère tous les avantages d’un indépendant tout en me garantissant une sécurité administrative et comptable. Il me donne l’opportunité de développer pleinement mon potentiel ; Il me laisse aussi une totale liberté dans mes démarches commerciales. À côté de cela, le portage salarial m’offre une couverture sociale solide, celle-là même à laquelle ont droit les salariés d’un régime classique (sécurité sociale, retraite, indemnisation chômage, indemnités maladie, garantie accident du travail).

Chaque jour, je suis libre. Libre de constituer mon réseau. Libre de choisir les personnes avec qui je souhaite travailler. Libre de négocier mes missions.

Je peux à tout moment interrompre volontairement ou non mon activité pour convenance personnelle (vacances par exemple) et la reprendre ultérieurement.

Quels conseils pouvez-vous donner à un consultant (ou futur consultant) qui débute en portage salarial ?

Mon premier conseil se résume en un verbe : oser !

Le fait d’évoluer en portage salarial limite les risques et permet un épanouissement professionnel complet. Devenir consultant autonome offre des perspectives donnant-donnant : on aide et on reçoit en échange. C’est un formidable levier pour encourager les relations humaines et développer son réseau.

Grâce à cela, le consultant gagne en expérience. Bien sûr, les débuts demanderont quelques ajustements mais une fois les tâches bien cadrées, les bénéfices se verront au niveau humain et financier.

En ce qui concerne les qualités nécessaires, il me semble qu’un consultant se doit d’être organisé, rigoureux et tenace. Le travail paie mais il faut s’investir pour récolter les premiers fruits !

Près d’un Français sur trois envisage de devenir entrepreneur (*).  Pourquoi, à votre avis ?

Je crois que les professionnels sont de plus en plus frustrés par les modes de fonctionnement en entreprise. Ils en ont assez de subir un système sclérosé, où une bonne partie de leur énergie est déployée à se battre en interne. Au final, ils ont l’impression de faire du sur place !

Avec le consulting autonome via le portage salarial, ils se sentent revivre : une grande liberté de mouvement leur est accordée et ils n’ont plus à convaincre leur hiérarchie puisque le chef, c’est eux !

En ce qui me concerne, j’aime cette autonomie ; j’apprécie de recevoir des demandes de prospects en direct et de pouvoir les gérer à ma guise.

Pourquoi avoir accepté de rejoindre ITG en 2019 plutôt qu’une autre entreprise ?

J’ai eu l’occasion de tester trois entreprises de portage salarial différentes.

Avant que je rejoigne ITG, je connaissais déjà le principe du portage salarial puisque l’agence de communication qui m’employait (lors de ma dernière expérience avant de devenir consultant) utilisait ce système pour tous ses salariés. Ainsi, j’étais un « salarié porté » pour le compte d’un seul et même client.

Lorsque j’ai quitté cette agence de communication, j’ai aussitôt revu mes besoins et envies : je me suis orienté vers une nouvelle entreprise de portage salarial. Finalement, après quelques mois passés dans cette entreprise, je ne me sentais pas suffisamment investi du fait du nombre de consultants actifs trop faible et de l’absence d’évènement.

Je me suis donc mis en quête d’une nouvelle société de portage, capable de répondre à mes problématiques. C’est alors que j’ai pris contact avec la délégation régionale d’ITG de l’Isère, la Haute-Savoie et de la Savoie.

J’ai senti en mon interlocutrice une personne spontanément avenante et passionnée par l’entreprise qu’elle représentait. Elle portait les valeurs humaines d’ITG avec tant de chaleur et de conviction que j’ai été séduit.

J’ai tout de même pris le temps de me renseigner davantage. Les frais de gestion pratiqués étaient corrects par rapport à la concurrence. Tous les voyants semblaient au vert. Et cela s’est vite confirmé.

Aujourd’hui, après des mois passés en tant que salarié chez ITG, je me réjouis que ma première impression fût la bonne. Chez ITG, on donne au consultant les moyens de réussir. Le personnel est disponible et affable.

En tant que consultant freelance, j’attache une importance particulière au sentiment de bien-être, de sécurité et de soutien. Ce sont des choses que je retrouve en tant que professionnel porté.

Ce qui me séduit avec le mode de fonctionnement d’ITG, c’est la possibilité d’échanger à distance avec l’ensemble des consultants français et internationaux. Nous nous réunissons également tous les ans lors d’un séminaire ou de « clubs » entre consultants organisés tous les mois par les délégations régionales.

Avec les formations à distance ou en présentiel tenues en région parisienne et en province, ITG met tout en œuvre pour donner à ses consultants les clés de la réussite.

Le statut de consultant autonome : un gage pour être heureux ?

Je ne sais pas si on peut assurer à 100% qu’il existe un lien de cause à effet entre le statut de consultant autonome et la sérénité. Ce que je peux dire, en revanche, c’est qu’il est agréable de se sentir libre dans ses choix de missions, dans ses horaires de travail. Les personnes que je rencontre m’apportent beaucoup et d’un point de vue humain, c’est essentiel.

Le statut de consultant autonome est un monde à part où chacun peut trouver son équilibre. En ce qui me concerne, je suis conquis toujours plus chaque jour !

Je ne sais pas si chaque salarié classique peut en dire autant !

Retrouvez Calvïn :

Sur le web : calvïnpoujol.fr
Sur Twitter : @IamCNPL
Sur LinkedIn : Calvïn Poujol

(*) Sondage OpinionWay pour le Salon des Entrepreneurs ; Un échantillon de 1070 personnes âgées de 18 ans et plus, interrogées sur leur envie d’entreprendre et de développer leur entreprise.

sem, nec libero. felis libero velit, libero dolor. mattis